L’identité savoisienne de François de Sales

Essentiellement Savoisien

« Saint François de Sales illustra parfaitement le sens du mot Savoisien dans une lettre qu’il écrivit le 15 novembre 1615 au marquis de Lans, gouverneur du duché de Savoie. L’archevêque de Lyon,avait rendu visite à François de Sales à Annecy et pour cela l’évêque de Genève avait été soupçonné de collaboration avec les Français. Voilà comment il exprimait sa fidélité à la Savoie :

 « Si votre excellence me le permet, je lui dirai avec esprit de liberté, que je suis né, nourri et instruit, et tantôt envieilli en une solide fidélité envers notre prince souverain, à laquelle ma profession outre cela, et toutes les considérations humaines qui se peuvent faire, me tiennent étroitement lié. Je suis essentiellement SAVOISIEN, et moi, et tous les miens; et je ne saurais jamais être autre chose. »

Le mot SAVOISIEN, sous la plume de l’illustre prélat, n’est pas ici une simple qualification nationale, il l’emploie afin d’affirmer sa fidélité à son prince et à son pays. (…) Être Savoisien aujourd’hui, c’est vouloir tirer un trait sur cent-trente-six ans de francique pour reprendre le cours d’une histoire millénaire. »

Jean de Pingon, Savoie française, Histoire d’un pays annexé, pp; 37-38

jeandepingon

Jean de Pingon, Fondateur de la Ligue Savoisienne

cropped-stfrabcoissales2.jpgJe suis essentiellement SAVOISIEN, et moi, et tous les miens;

et je ne saurais jamais être autre chose.

Publicités