Après 5 siècles d’absence : un nouvel Evêque à Genève?

Après 5 siècles d’absence d’un pasteur catholique à Genève, l’installation d’un évêque dans la Rome protestante fait toujours débat. Y aura-t-il un successeur à Pierre de la Baume dernier évêque catholique résident à Genève et chassé de la ville le 14 juillet 1533? Prions Saint François de Sales, Prince et Evêque non résident de Genève pour que cela se réalise!

https://francoisdesales.wordpress.com/2013/03/09/un-jeune-prelat-de-combat-reconquerir-geneve-1/

 

Article de la Tribune de Genève

Un évêché de Genève? «La question est lancée»

Le dernier évêque diocésain de Genève a quitté la Cité de Calvin en 1533, chassé par la Réforme.

Le dernier évêque diocésain de Genève a quitté la Cité de Calvin en 1533, chassé par la Réforme. Image: Laurent Guiraud

Le Vatican étudie la création d’un nouvel évêché en terres romandes, selon nos informations. En décembre, l’évêque diocésain Mgr Charles Morerod a fait part au pape François de la difficulté d’être proche des fidèles d’un si grand diocèse. «Je me trouve souvent dans un rôle de fonctionnaire», a-t-il notamment expliqué au pape lors de la visite ad limina des évêques suisses à Rome.

Quel serait l’avantage d’un nouvel évêché? «L’évêque diocésain peut faire plus s’il réside vraiment sur place, pour avoir une proximité pastorale, explique Mgr Morerod. Actuellement l’auxiliaire réside sur place, mais sa marge de manœuvre est plus limitée.» L’idée que cet évêché soit situé à Genève reste cependant «incertaine», précise-t-il. Avec les protestants, la hache de guerre a-t-elle été enterrée? «Il s’agit d’une organisation interne de l’Eglise catholique, comme cela peut arriver dans n’importe quelle Eglise, pas du tout d’une démarche offensive. Les réformés et nous désirons une communication commune et paisible sur cette question.»

«La question est lancée, confirme également Laure-Christine Grandjean, responsable de la communication du diocèse. Cela permettrait de soulager les structures. Il est difficile pour les autorités ecclésiastiques de se rendre partout.» Mgr Morerod, secondé par les évêques auxiliaires Alain de Raemy et Pierre Farine, s’occupe d’un diocèse de 700 000 fidèles. Son organisation administrative est complexe: il est divisé en cinq vicariats et en quatre fédérations ecclésiastiques (pour l’aspect financier), une pour chaque canton. A Genève et Neuchâtel, en raison de la séparation stricte de l’Eglise et de l’Etat, l’impôt ecclésiastique est facultatif. La porte-parole précise cependant que Genève a été «évoqué parmi d’autres évêchés. La délimitation des nouvelles entités n’a pas été arrêtée.» Le diocèse reste prudent: «Les délimitations ont un énorme poids historique.»

Le pasteur Emmanuel Fuchs, président de l’Eglise protestante de Genève, n’est pas surpris: «Nous avons parlé avec Mgr Morerod de cette éventualité il y a quelque temps et nous avions alors convenu que si cela devait se confirmer, nous communiquerions ensemble. Il faudra que nous discutions de l’impact que cela pourra avoir. Tout dépend si le nouvel évêque est une personne du cru, qui connaît l’histoire religieuse de Genève et saura s’inscrire dans sa longue tradition œcuménique.»

La recréation d’un évêché de Genève, déjà évoquée il y a un peu plus d’un an (nos éditions du 14-15 décembre 2013), ferait franchir un cap de près de 500 ans à Genève. Le dernier évêque diocésain a été chassé par la Réforme en 1533. En 1987, la simple nomination de Mgr Amédée Grab comme évêque auxiliaire à Genève avait suscité une levée de boucliers. Sous pression, Rome l’a nommé évêque de Coire. Un siècle plus tôt, en 1864, Pie IX avait nommé l’abbé Mermillod évêque auxiliaire de Genève. Lorsque le pape l’a promu vicaire apostolique, la situation a été «perçue comme la création d’un diocèse de Genève». Cette formule est tirée du très sérieux Dictionnaire historique de la Suisse (DHS). Le Conseil d’Etat de l’époque a obtenu que le futur cardinal Mermillod soit expulsé de Suisse par décision du Conseil fédéral. Il est resté exilé dix ans en France voisine.

Depuis 1998, la création d’un évêché n’est plus soumise à l’autorisation de la Confédération. Au niveau genevois, les applications concrètes du principe de laïcité inscrit dans la nouvelle constitution sont à l’étude. Elles seront soumises au Conseil d’Etat ce printemps.

(TDG)

(Créé: 12.02.2015, 19h46)