La méthode salésienne de méditation pour les débutants : la fabrication du lieu (2)

angelico48

Saint Dominique méditant la passion, par Fra Angelico, couvent san Marco

Qu’est-ce donc que cette fabrication du lieu dont parle Saint François de Sales? Il s’agit simplement de faire appel à son imagination pour se représenter les éléments de l’événement qu’on a choisi de méditer :

« ce n’est autre chose que  de proposer à son imagination le corps du mystère que l’on veut méditer, comme s’il se passait réellement et de fait en notre présence. Par exemple, si vous voulez méditer notre Seigneur en croix, vous vous imaginerez d’être au Mont Calvaire et que vous voyez tout ce qui se fit et se dit au jour de la Passion. » (Introduction II, V)

L’intérêt de cette méthode est d’éviter que la folle du logis, comme Ste Thérèse d’Avilla appelle  l’imagination, ne divague ça et là. Cette labilité de l’imagination représente le principal obstacle à la méditation et au recueillement. Au lieu de la laisser aller où elle veut, on la contraint en se donnant un sujet concret à méditer. La préparation de la méditation est alors fort simple : par exemple, les textes de la Messe du jour peuvent amplement suffire à nous donner matière à méditer.

« par le moyen de cette imagination, nous enfermons notre esprit dans le mystère que nous voulons méditer, afin qu’il n’aille pas courant ça et là, ni plus ni moins que l’on enferme un oiseau dans une cage, ou bien comme l’on attache l’épervier à ses longes, afin qu’il demeure dessus le poing. » (ibidem)

07-92-016-33

comme on attache l’épervier à ses longes, afin qu’il demeure dessus le poing

« Quelques-uns vous diront néanmoins qu’il est mieux d’user de la simple pensée de la foi, et d’une simple appréhension toute mentale et spirituelle (…) mais c’est trop subtil pour le commencement, et jusques à ce que Dieu vous élève plus haut, je vous conseille, Philothée, de vous retenir en la basse vallée que je vous montre. »

Cette méthode est faite pour les commençants et St François met en garde contre toute tentation d’orgueil spirituel. La méditation n’est pas la contemplation et Dieu seul est maître de nous faire passer à des niveaux d’oraison supérieurs. Il faut toujours revenir vers cette simple méthode des débutants qui permet à coup sûr de goûter Dieu et débouche, comme nous le verrons dans le prochain post, vers des résolutions concrètes.

Publicités

La méthode salésienne de méditation pour les débutants : la préparation (1)

photo

Oratoire dédié à St François de Sales à Ville-en-Sallaz

Dans l’Introduction à la Vie dévote, Saint François de Sales donne sa méthode de méditation pour les débutants dans la vie d’oraison. Celle-ci s’inspire de la méthode ignatienne en la simplifiant grandement. C’est une méthode que l’on pourrait qualifier de biblique car elle part toujours d’un mystère tiré de l’Ecriture, d’imaginative car elle fait appel aux images, d’affective car la finalité est de parvenir à produire des affections dans l’âme afin que celle-ci s’engage dans une résolution.

La méditation débouche donc sur l’action, ce qui, je crois, est une spécificité chrétienne. Le Christ renvoie ses disciples vers les choses de la terre après les avoir  laissés contempler son Ascension.

« Vous ne savez peut-être pas, Philothée, comme il faut faire l’oraison mentale; car c’est une chose laquelle, par malheur, peu de gens savent en notre âge. C’est pourquoi je vous présente une simple et brève méthode pour cela. » (Introduction, II, 2)

Si peu de gens connaissaient et pratiquaient  l’oraison à la fin du 16e siècle, je crois qu’aujourd’hui, en ce début du 21e siècle, il y en a encore moins!

Laissons-nous donc instruire par ce grand spirituel, nous en avons besoin plus que jamais!

1/ La préparation : se mettre en présence de Dieu

St François nous enseigne qu’il faut d’abord se préparer à la méditation, se mettre dans les dispositions favorables vis à vis de Dieu en nous rappelant sa présence, puis humblement invoquer son assistance car nous ne savons pas prier. C’est une méditation théo-centrée et christo-centrée. C’est le propre de la prière chrétienne. La prière chrétienne n’est pas du même ordre que les techniques orientales de méditation qui servent à faire le vide ou à faire certaines expériences de conscience. Le chrétien se tient devant la majesté divine pour prier.

Et pour cela, St François de Sales donne quatre petits moyens :

– se rappeler que Dieu est partout présent et en toute chose

« nous nous comportons comme si Dieu était bien loin de nous; car encore que nous sachions bien qu’il est présent à toutes choses, si est-ce que n’y pensant point, c’est tout autant comme si nous ne le savions pas. C’est pourquoi toujours, avant l’oraison, il faut provoquer notre âme à une attentive pensée et considération de cette présence de Dieu. (…) et ainsi nous devons user des paroles de Jacob, lequel ayant vu l’échelle sacrée : Ô que ce lieu est redoutable! Vraiment Dieu est ici, et je n’en savais rien. (…) Venant donc à la prière, il vous faut dire de tout votre coeur : ô mon coeur, mon coeur, Dieu est vraiment ici. » (Introduction, II, 2)

Heavently FruitsHevently Fruits de Vladimir Kush

– « Le second moyen de se mettre en cette sacrée présence, c’est de penser que non seulement Dieu est au lieu où vous êtes, mais qu’il est très particulièrement en votre coeur et au fond de votre esprit, lequel il vivifie et anime de sa divine présence, étant là comme le coeur de votre coeur et l’esprit de votre esprit. (…) Saint Paul disait que nous vivons, nous nous mouvons et sommes en Dieu. »

– « Le troisième moyen, c’est de considérer notre Sauveur, lequel en son humanité regarde dès le ciel toutes les personnes du monde, mais particulièrement les Chrétiens qui sont ses enfants, et plus spécialement ceux qui sont en prière, desquels il remarque les actions et déportement. (…) Nous pouvons bien dire avec l’Epouse : Le voilà qu’il est derrière la paroi, voyant par les fenêtres, regardant par les treillis. »

christ-of-saint-john-of-the-crossDans l’éternité de son sacrifice rédempteur, le Christ est présent à chacun dans ses tâches les plus quotidiennes.

Christ de Saint Jean de la Croix par Salvador Dalí, 1951 (Kelvingrove Art Gallery and Museum, Glasgow)

2/ La préparation : invoquer Dieu

« Que si vous le voulez, vous pourrez user de quelques paroles courtes et enflammées, comme celles ici de David :

Ne me rejetez point, ô mon Dieu, de devant votre face, et ne m’ôtez point la faveur de votre Saint-Esprit. Ps 50,13

Eclairez votre face sur votre servante, et je considérerai vos merveilles. (Ps 30, 17 et Ps 118,135)

Donnez-moi l’entendement, et je regarderai votre loi et la garderait de tout mon coeur. Ps 118,34

Je suis votre servante, donnez-moi l’esprit. Ps 118, 125″ 5introduction, II, 3)

A2910

Le roi David psalmodiant la louange divine

Un lieu salésien méconnu : le mandement de Thyez …et ses grenouilles

Lorsque St François de Sales devint évêque, le mandement épiscopal de Thyez appartenait aux princes-évêques de Genève depuis des siècles (depuis1185 précisément). Le mandement de Thyez correspond aux communes actuelles de Viuz-en-Sallaz, de Ville-en-sallaz, de Bogève et de St André-de-Boëge. L’évêque de Genève y était seigneur et maître, les habitants de ces contrées étaient ses sujets directs au même titre que les habitants de Genève. Son frère, Gallois de Sales, prit possession du mandement par délégation le 1er février 1603.

Mandement_de_THYEZ

Carte du mandement de Thyez

Une fameuse anecdote concernant un séjour que fit St François de Sales dans son château de Thyez est rapportée dans une de ses lettres à sainte Jeanne de Chantal, datée du 20 juillet 1607.  On y découvre toute sa bonté, son sens de l’humour et sa proximité avec la nature :

« Je suis ici, à Viuz, qui est la terre de mon évêché ; or les sujets estaient anciennement obligés par une reconnaissance formelle de faire taire les grenouilles des fossés et marécages voisins pendant que l’évêque dormait. Il me semble que c’est une dure loi et pour moi je ne veux point exiger ce devoir  : qu’elles crient tant qu’elles voudront pourveu que les crapauds ne me mordent pas, je ne laisserais de dormir, si j ai sommeil. » 

101108vilpelp003Vue de Ville-en-Sallaz et de son petit lac au bord duquel se trouve les ruines du château de Thyez…et les fameuses grenouilles