Un Maître pour aujourd’hui : la liberté spirituelle

La finalité de ce blog est de faire connaître un peu mieux la pensée de St François de Sales et de montrer son actualité pour aujourd’hui. Il ne s’agit donc pas de faire oeuvre de biographe ou d’exégète de sa pensée mais vraiment d’y puiser une règle de vie et d’action pour aujourd’hui.

St François ne renierait pas ces techniques modernes de communication. En fait, il en fut le lointain inventeur et promoteur. St François, dans son oeuvre de reconquête du Chablais  à la foi catholique,  se servit de petits billets théologiques qu’il allait distribuer lui-même chez les habitants en les glissant sous les portes. Un blog avant l’heure en somme! Je crois donc être fidèle à ce maître spirituel en m’attelant à la rédaction de ce blog.

L’actualité de l’Eglise est particulièrement mouvementée et la récente démission de Benoît XVI montre que l’Eglise est au coeur de l’histoire, au coeur d’un combat qui traverse les siècles, combat entre ceux qui cherchent à adhérer à la Rédemption du Christ et ceux qui cherchent à nous en détourner.

Au milieu de cette grande confusion des valeurs et des traditions, un homme comme l’évêque de Genève est d’un grand secours pour y voir clair.

St François de Sales vécut lui aussi dans une période historique de très grands changements et de défis pour l’Eglise. Il est le type même de l’Evêque voulu par le Concile de Trente mais, par sa dimension spirituelle, il dépasse de très loin ce conditionnement historique.

Il est un Maître et un Docteur pour aujourd’hui.

D’aucun ont été surpris par la démission de notre Pape Benoît. Comme si la souveraine liberté qu’il a ainsi montré était opposée à l’esprit chrétien. Il s’agit une fois de plus d’une idée reçue qui déforme le christianisme. «La Vérité vous rendra libre» nous dit St Jean. Poursuivant cette tradition, Saint François nous enseigne aussi cette souveraine liberté :

«Je vous laisse l’esprit de liberté, non pas celui qui forclôt (exclut) l’obéissance, car c’est la liberté de la chair ; mais celui qui forclôt la contrainte et le scrupule ou empressement.»

Et Saint François détaille les caractéristiques de la liberté chrétienne :

«La liberté de laquelle je parle, c’est la liberté des enfants bien aimés. Et qu’est-ce? C’est un désengagement du coeur chrétien de toutes choses pour suivre la volonté de Dieu reconnue.

Benoît XVI déclare agir en toute liberté après avoir reconnu la volonté de Dieu.

«Le coeur qui a cette liberté n’est point attaché aux consolations, mais reçoit les afflictions avec toute la douceur que la chair peut permettre.

Nul besoin d’insister sur les différentes afflictions et contrariétés reçues par Benoît XVI tout au long de ces huit ans de Pontificat. Nul besoin d’insister sur sa surnaturelle douceur et son humilité non feinte.

«(Ce coeur) n’engage nullement son affection aux exercices spirituels ; de façon que si par maladie ou autre accident, il en est empêché, il n’en conçoit nul regret. (…) Il ne perd guerre sa joie, parce que nulle privation ne rend triste celui qui n’avait son coeur attaché nulle part.» (Extraits de la Lettre à Ste Jeanne de Chantal, 14 oct. 1604)

A fortiori, un coeur chrétien vraiment libre n’engage pas son affection dans le pouvoir, même pontifical, même pétrinien! C’est ce que vient de démontrer de manière éclatante Benoît XVI.

1529996409_la_demission_surprise_de_benoit_xvi_ouvre_une_

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s